Bullet Train de David Leitch

Bullet train, pourrais me laisser à quais ou faire de moi un simple laquais des blockbusters, me faire prendre mon pied sans même penser à tout ce qu’il peut se passé durant un long métrage de 2h. Cependant, voilà un train pas exempte de reproche bien au contraire. Ce voulant plus malin que ses spectateurs au début du film, l’intrigue navigue en premier classe avec un air condescendant. Quand surgit, l’homme à la voix hautement reconnaissable. Non pas le contrôleur, mais Brad Pitt emprunt selon ses dires d’un manque de chance invraisemblable. La chance du spectateur réside à passer le voyage en sa compagnie et celle de Sandra Bullock, confidente qui susurre à l’oreille et aide tel un ange Brad la loose. Là réside le charme du film, ou rien que d’entendre les deux converser passionne. Même si le film veut par moment paraître plus intelligent qu’il n’ai et que toutes les joutes verbales n’ont pas la même saveur que les cascades parfaitement exécutées. Reste de se train, pas le train de rêve espéré, mais assez d’espace et de largeur pour pouvoir étendre nos jambes. Comme quoi même en seconde classe, le long trajet peut être confortable.

Ma Note

3 / 5