Critique Nomadland de Chloé Zhao

Réalisateur

Chloé Zhao

Avec

Frances McDormand, David Strathairn, Gay DeForest, Linda May, Charlene Swankie, Patricia Grier, Angela Reyes, Carl R. Hughes, Derrick Janis, Cat Clifford…

Durée

1h48

Sortie

Le 9 Juin 2021

Le Pitch

Après l’effondrement économique de la cité ouvrière du Nevada où elle vivait, Fern décide de prendre la route à bord de son van aménagé et d’adopter une vie de nomade des temps modernes, en rupture avec les standards de la société actuelle. De vrais nomades incarnent les camarades et mentors de Fern et l’accompagnent dans sa découverte des vastes étendues de l’Ouest américain.

Bande-annonce

Mon Avis

On découvre le cinéma de Chloé Zhao, en 2015 avec « Songs My Brothers Taught Me » en français « Les chansons que mes frères m’ont apprises « le film fait sa grande première à Sundance et passe aussi par Cannes, à la quinzaine des réalisateurs. Le premier film de Chloé Zhao, suit ici le destin de Johnny et de sa petite sœur Jashaun dans la réserve indienne de Pine Ridge. Réserve sioux du Dakota du Sud, où sera également tourné « The Rider ». Premier film inoubliable qui installe ici les bases de son cinéma, un cinéma au plus près de la vérité entre fiction et réalité qui recherche ou redécouvre son identité. À travers ces trois premiers films le thème de l’abandon en ressort. Celle d’une Amérique pas souvent aux premiers plans. Cela commence par Jashaun qui redoute le départ de son frère vers Los Angeles avec sa petite amie dans « Les chansons que mes frères m’ont apprises ». Il y a aussi l’abandon d’un métier, d’une passion pour le très touchant cowboy, du nom de Brady Jandreau dans « The Rider « découvert lui aussi à la Quinzaine des réalisateurs. L’histoire d’un dresseur de chevaux qui tombe au cours d’une compétition de rodéo. Sauf que sur l’avis des médecins, Brady doit malheureusement renoncer à son métier et ainsi éviter la chute qui lui sera fatale. Puis en 2021 débarque « Nomadland » qui raconte l’histoire de Fern, interprété par l’immense Frances McDormand, qui après le décès de son mari a dû abandonner sa maison, pour pouvoir continuer de vivre. Elle se déplace désormais, selon les saisons et le travail avec son van.

De ce road trip, Chloé Zhao termine ici une trilogie sur une Amérique, que l’on découvre ou redécouvre à travers la longue focale, mais aussi via des gros plans d’un lyrisme foudroyant. Le tout grâce au travail de son collaborateur depuis son premier film, le directeur de la photographie Joshua James Richards. Désolation et immensité des paysages, voilà un alliage subtil et terriblement émouvant d’une mise en scène poétique. Face à l’immensité, des plaines et des paysages arides et des vies où le rêve s’étiole. Le travail reste tout aussi subtil du côté de la bande originale que cela soit avec la musique de Peter Gould pour « Les chansons que mes frères m’ont apprises » ou de Nathan Halpern dans « The Rider » une continuité s’inscrit aussi avec « Nomadland » et la partition de Ludovico Einaudie. Une véritable harmonie se dégageant des trois compositeurs, où la part du rêve persiste contre la fatalité de la vie. Depuis son premier film, Chloé Zhao s’appuie sur une fidèle équipe que cela soit avec Joshua James Richards à la photographie. Mais aussi du côté de la distribution où l’on retrouve à travers les trois films Derrick Janis et Cat Clifford pour des plus ou moins petits rôles. Avant de reprendre la route comme Fern, ce qui décrit le mieux l’œuvre de Chloé Zhao. On le retrouve dans l’épilogue de « Songs My Brothers Taught Me » la juxtaposition du texte de Johnny envers sa sœur Jashaun et des images renvoient indéniablement aux trois films. Là où on vit, les plaines, les paysages arides. Tout se ressemble, les gens sont tous parents. Ils ont toujours les mêmes soucis, parfois, c’est très dur. On en a marre, mais on continue à faire ce qu’on a à faire. C’est dur de partir d’ici, parce qu’on a connu que ça. Ma sœur, Jashaun, adore cet endroit. Elle voit des choses, que je ne vois pas. C’est une belle personne. Quand un orage approche, les anciens nous apprennent à observer les nuages. Et quand le vent est trop fort, on sait comment se pencher avec lui, pour ne pas qu’il nous emporte.

Ma Note

4,5 / 5

Mon Top Chloé Zhao

1- Les chansons que mes frères m’ont apprises : 5 / 5

2- Nomadland : 4,5 / 5

3- The Rider : 4 / 5

Un commentaire

Les commentaires sont fermés.