Critique Gagarine de Fanny Liatard & Jérémy Trouilh

Réalisateur

Fanny Liatard & Jérémy Trouilh

Avec

Alséni Bathily, Lyna Khoudri, jamil McCraven, Finnegan Oldfield, Denis Lavant…

Durée

1H38

Sortie

Bientôt au cinéma…

Le Pitch

Youri, 16 ans, a grandi à Gagarine, immense cité de briques rouges d’Ivry-sur-Seine, où il rêve de devenir cosmonaute. Quand il apprend qu’elle est menacée de démolition, Youri décide de rentrer en résistance. Avec la complicité de Diana, Houssam et des habitants, il se donne pour mission de sauver la cité, devenue son  » vaisseau spatial « 

Bande-annonce

Mon Avis

C’est quoi « Gagarine » c’est tout d’abord un lieu sorti de terre dans les années 1961 à Ivry-sur-Seine qui est devenu l’une des banlieues emblématiques de France, la ville rouge. Une cité qui a vu grandir le groupe PNL, mais son histoire débute bien avant en 1963, le russe Youri Gagarine, premier homme à être allé dans l’espace inaugure la cité. C’est avec des images en noir et blanc que s’ouvre le premier film de Fanny Liatard & Jérémy Trouilh en route vers la conquête du bonheur. De la fenêtre un autre regard se dégage sur la banlieue. Gagarine d’Ivry-sur-Seine promise à la démolition ce qui est impensable pour Youri 16 ans où l’on découvre pour la première fois à l’écran le très talentueux Asléni Bathily qui a la carrure d’un héros avec le regard d’un enfant. La débrouille d’un résistant, la cité filmer comme un vaisseau, jusqu’à arriver dans sa chambre sa capsule de survie. Un immense terrain de jeux créatifs pour un cosmonaute en herbe. Quand l’invisible devient spectaculaire, le cinéma français décolle vers des sommets de poésie impressionnant. Puissant son inspiration dans le cinéma de Steven Spielberg et plus précisément « Rencontre du troisième type ». On pense au cinéma de Jeff Nichols et celui de James Gray, mais aussi à la musique d’Interstellar d’Hanz Zimmer, source d’inspiration d’Evgueni & Sacha Galperine qui apporte une dimension fantastique qui permet de s’envoler haut très haut dans ce réalisme magique d’une architecture totalement envoûtante et terriblement déchirante. Du télescope le cinéma français paraît incommensurablement grand.

Ma Note

5 / 5

Un commentaire

Votre commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s