Critique ADN de Maïwenn

Réalisateur

Maïwenn

Avec

Louis Garrel, Fanny Ardent, Marine Vacth, Dylan Robert, Maïwenn, Alain Françon, Caroline Chaniolleau…

Durée

1h30

Sortie

Le 28 Octobre 2020

Le Pitch

La mort du grand-père va déclencher une tempête familiale et une profonde crise identitaire chez Neige.

Bande Annonce

Mon Avis

Cinq ans déjà, depuis le meilleur film de Maïwenn à ce jour  » Mon Roi ». Alors, l’impatience était grande envers son cinéma. Après un excellent premier film « Pardonnez-moi » puis le très beau et férocement drôle « Le bal des actrices » en 2009 sans oublier l’inoubliable et terriblement émouvant « Polisse » en 2011. Chaque nouveau film de Maïwenn est immédiatement dans les petits papiers du festival  de Cannes, quand Mai approche. Rien d’anodin de découvrir son film dans la sélection Cannes 2020. Malheureusement, son cinquième film est une véritable déception. Pourtant, Maïwenn n’a rien perdu du sens de la mise en scène, on retrouve toute la famille de Neige dans un EHPAD auprès du papy. Durant une vingtaine de minutes, on prend plaisir à retrouver un cinéma simple flirtant avec une improvisation remarquable avec des résidents drôles et d’autres moments très émouvants. Fort d’une distribution comme toujours intéressantes en particulier Dylan Robert, découvert dans « Shéhérazade » en 2018 et toujours aussi juste. Sauf que petit à petit après le décès du papy, la cellule familiale se disloque comme le film. Finalement, à force de jouer la carte de l’improvisation, Maïwenn n’a plus rien à offrir aux protagonistes de son récit. Seulement deux scènes qui ont un véritable intérêt, le dîner avec le père pour un potentiel test ADN ou alors la dispute dans une ruelle avec sa mère Fanny Ardant. La forme ne prend plus tout cela paraît forcer et sans intérêt à travers le scénario qui n’a plus rien à nous délivrer, le film prend la poudre d’escampette à l’aide d’un passeport. Bien loin d’une terre promise,  voilà une crise identitaire qui flirte avec la facilité et le شىء متنافر comme l’évanouissement sur le pont devant Notre-Dame. Le film n’est malheureusement pas non plus sauvé par son montage qui ici paraît tout juste présent pour sauver du désastre un film pas digne d’une sélection cannoise.

Ma Note

2 / 5

Un commentaire

Votre commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s