Critique Tenet de Christopher Nolan

Réalisateur

Christopher Nolan

Avec

Robert Pattinson, John David Washington, Elizabeth Debicki, Clémence Poésy, Himesh Patel, Dimple Kapadia, Michael Caine, Aaron Taylor-Johnson, Kenneth Branagh…

Durée

2 H 30

Sortie

26 Août 2020

Le Pitch

Muni d’un seul mot – Tenet – et décidé à se battre pour sauver le monde, notre protagoniste sillonne l’univers crépusculaire de l’espionnage international. Sa mission le projettera dans une dimension qui dépasse le temps. Pourtant, il ne s’agit pas d’un voyage dans le temps, mais d’un renversement temporel

Bande Annonce

Mon Avis

Sans perdre de temps nous voilà plongé dès l’ouverture dans une prise d’otages à l’opéra de Kiev, cela pourrait presque ressembler à l’ouverture du nouveau film de Michael Mann à travers la mise en scène. Et pourtant il n’en est rien, voilà comment débute le onzième film de Christopher Nolan. Impressionnant de maîtrise, à travers son montage absolument remarquable de Jennifer Lane collaboratrice sur déjà cinq films de Noah Baumbach, ou encore sur « Manchester by the sea » de Kenneth Lonergan et plus récemment « Hérédité » d’Ari Aster. Tenet est sa première collaboration avec Nolan tout comme Ludwig Göransson qui livre une bande originale absolument formidable en l’absence d’Hans Zimmer retenu par le tournage de « Dune » de Denis Villeneuve. Ce que propose encore Nathan Crowley, impressionne où diable va-t-il chercher pareille proposition, l’un des grands bâtisseurs de l’œuvre de Nolan du côté des décors. Tenet est un film d’espionnage renversant, les rouages Nolanien, jusqu’à son paroxysme, laissent parfois perplexe. Cependant, grâce au charisme monstre de John David Washington excellent. Le fil rouge du temps ne cesse de nous rappeler le passé d’une scène d’une phrase prononcer ou d’une action venant de se produire. Le reste de la distribution n’est pas à mètre de côté, on retrouve des têtes déjà bien connues à travers la filmographie de Christopher Nolan en la présence d’une courte scène du mécène Michael Caine. Sans oublier le réalisateur et acteur Kenneth Branagh qui n’est jamais aussi bon que devant la caméra de son amie. Sans oublier la magnifique prestation de la resplendissante Elizabeth Debicki. Le récit prend plus ou moins forme en fonction que le film avance. L’inversion du temps rattache le passé et le futur avec précision. Nolan est un compteur et nous guide à travers Robert Pattinson, sorte de lapin blanc qui nous rappellent que nous vivons dans un monde loin d’être merveilleux. Dorénavant même un coucher de soleil ne pourrait nous rendre heureux. Tenet n’est pas dépourvue d’émotion, derrière l’apparente froideur de la mission. La fin renverse le temps et prend le temps de nous happer et de nous remémorer l’instant passé d’une amitié ou d’un amour. Le climax grandiose emporte tout sur son passage, le temps d’un moment même le temps ne peut suspendre l’émotion. 

Ma Note

4,5 / 5

3 commentaires

Répondre à boulevardducinema Annuler la réponse.

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s