Critique Midsommar de Ari Aster

Réalisateur 

Ari Aster

Avec 

Florence Pugh, Jack Reynor, Will Poulter, William Jackson Harper, Vilhelm Blomgren, Gunnel Fred, Ellora Torchia, Archie Madekwe…

Durée

2H27

Sortie 

31 Juillet 2019

Le Pitch

Dani et Christian sont sur le point de se séparer quand la famille de Dani est touchée par une tragédie. Attristé par le deuil de la jeune femme, Christian ne peut se résoudre à la laisser seule et l’emmène avec lui et ses amis à un festival estival qui n’a lieu qu’une fois tous les 90 ans et se déroule dans un village suédois isolé.

Bande Annonce 

Mon Avis 

Après un premier film impressionnant, Ari Aster continue sa route sur des chemins ou se mêle rêves et cauchemar. Éclatant de lumière et de virtuosité dans l’écriture. Astier est un compteur qui provoque et dérange comme avec » Hérédité ». Midsommar reste impressionnant dans les ruptures de rythme et le montage. L’enchaînement des séquences est d’une virtuosité sidérante. Le travail sur le cadre et sa profondeur est hallucinant. Ronger part le chagrin, on tournoie jusqu’au firmament. Refuge pour orphelin, élévation de la vie. Face à l’hérédité des cris, le feu ramène enfin à la vie. Florence Pugh est formidable, l’une des plus grandes prestations de l’année. Quant à Astier il est en passe de devenir notre terreur préférée.

Ma Note 

5 / 5


3013025.jpg-r_1280_720-f_jpg-q_x-xxyxx[1]

Publicités

Répondre

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s