Critique Blindspotting de Carlos Lopez Estrada

Réalisateur 

Carlos Lopez Estrada

Avec 

Daveed Diggs, Rafael Casal, Janina Gavankar, Jasmine Cephas Jones, Wayne Knight, Utkarsh Ambudkar, Tisha Campbell-Martin, Kevin Carroll… 

Durée 

1H35

Sortie 

3 Octobre 2018 

Le Pitch 

Encore trois jours pour que la liberté conditionnelle de Collin prenne fin. En attendant de retrouver une vie normale, il travaille comme déménageur avec Miles, son meilleur ami, dans un Oakland en pleine mutation. Mais lorsque Collin est témoin d’une terrible bavure policière, c’est un véritable électrochoc pour le jeune homme. Il n’aura alors plus d’autres choix que de se remettre en question pour prendre un nouveau départ.

3305796.jpg-r_1280_720-f_jpg-q_x-xxyxx[1]

Bande Annonce

Mon Avis 

Dans seulement trois jours, Collin redevient un homme libre. Après avoir beaucoup perdu quelques mois plus tôt lors d’une soirée avec son meilleur ami. Le danger, durant ces trois jours va se faire ressentir à tout moment que cela soit au travail ou en soirée. Cette vigilance va s’accroître, dû à des choix, ou bien des erreurs du passé. Alors, on traverse un véritable cimetière de croix où chaque mauvais choix peut se transformer en un dernier pas pour la liberté. Premier très grand film de Carlos López Estrada épaulé par Daveed Digs et Rafael Casal, qui ne sont pas ici que de simple acteur dans Blindspotting et par ailleurs véritable révélation du film. On leur doit aussi ce formidable scénario, sur sûrement l’un des films de 2018 le plus puissant sur l’Amérique d’aujourd’hui. Découvert en début d’année à Sundance et qui questionne sûr qu’est-ce être noire aujourd’hui qui plus en étant encore en conditionnel. Voilà un film politiquement fort, mais aussi très drôle savant se jouer des genres. Tout comme sa bande originale d’une très grande richesse. La colère n’a jamais le temps de déménager. Elle reste en bouche, prête à cracher des lyrics en or massif. Plus puissant qu’une arme à feu, dans le vertige social, la plus belle reprise de justice qu’il puisse exister reste la grandeur d’âme. Je ne suis pas un tueur, je suis la colère face à la haine.

Ma Note 

4 / 5

5832374.jpg-r_1280_720-f_jpg-q_x-xxyxx[1]

 

Publicités

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s