Critique Les Animaux Fantastiques les crimes de grindelwald de David Yates

Réalisateur  

David Yates

Avec 

Eddie Redmayne, Katherine Waterston, Dan Fogler, Alison Sudol, Ezra Miller, Jude Law, Johnny Deep, Zoë Kravitz…

Durée 

2H14

Sortie 

14 Novembre 2018

Le Pitch 

1927. Quelques mois après sa capture, le célèbre sorcier Gellert Grindelwald s’évade comme il l’avait promis et de façon spectaculaire. Réunissant de plus en plus de partisans, il est à l’origine d’attaque d’humains normaux par des sorciers et seul celui qu’il considérait autrefois comme un ami, Albus Dumbledore, semble capable de l’arrêter. Mais Dumbledore va devoir faire appel au seul sorcier ayant déjoué les plans de Grindelwald auparavant : son ancien élève Norbert Dragonneau. L’aventure qui les attend réunit Norbert avec Tina, Queenie et Jacob, mais cette mission va également tester la loyauté de chacun face aux nouveaux dangers qui se dressent sur leur chemin, dans un monde magique plus dangereux et divisé que jamais.5896120.jpg-r_1280_720-f_jpg-q_x-xxyxx[1]

Bande Annonce

Mon Avis 

 Second tour de magie interminable, qui se révèle par-ci par-là intéressant. Le tout aussi feuilletonner qu’un triple épisode des feux de l’amour. La magie n’est plus, le scénario demeure à être enterré au Père-Lachaise. Le monde de J.K.Rowling est devenu tellement confus et n’a plus ou pas grand-chose à raconter. Ce ne sont pas les cinq minutes les plus intéressantes du film sur le monologue de fin de Johnny Depp qui changera la donne. Car tout n’est pas à jeter certes, la scène d’introduction est pas mal négociée. Tout ce qui renvoie au passé et à poudlard est assez réconfortant cette sensation de retrouver un lieu qu’on a jadis aimé. Autre point, assez beau qui m’a rappelé  » l’histoire sans fin » de Wolfgang Petersen. Celui avec le gros chat asiatique, prénommer tel quel dans le film, voilà un moment beau et féerique, car pour le reste, on frôle le désastre.
2869030.jpg-r_1280_720-f_jpg-q_x-xxyxx[1] L’intrigue principale du film est de choisir son camp, pourquoi pas cela peut être intéressant si tout est construit correctement et que chaque personnage dispose du  temps nécessaire pour faire évoluer sont personnages. Sauf que la pléthore de premier, second, troisième ou quatrièmes rôles secondaires son traité d’un coup de baguette magique. Ce qui cristallise constamment, l’arc narratif du film et cela n’est pas du tout aidé par un montage et un sans du cut horrible. Pourtant, que diable, le film est long, mais l’enchaînement des scènes et le climax de fin est abominable. Comme dit le rappeur Booba, je n’ veux pas qu’on m’enterre au Père-Lachaise. Doré est le trône, électrique est la chaise. Gorée, c’est ma terre, l’égalité c’est ma lutte. Ce combat contre moi-même, si je le perds c’est avant tout à cause de Rowling, alors c’est la chute.

Ma Note 

2 / 5 2831530.jpg-r_1280_720-f_jpg-q_x-xxyxx[1]

RETOUR SUR LA 

 

Critique Les Animaux Fantastiques de David Yates

Publicités

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s