Critique Alad’2 de Lionel Stekete

Réalisateur

Lionel Stekete

Avec

Kev Adams, Jamel Debbouze, Vanessa Guide…

Durée

1H38

Sortie

3 Octobre 2018

Le Pitch

Après avoir libéré Bagdad de l’emprise de son terrible Vizir, Aladin s’ennuie au palais et ne s’est toujours pas décidé à demander en mariage la princesse. Mais un terrible dictateur, Shah Zaman, s’invite au Palais et annonce qu’il est venu prendre la ville et épouser la Princesse. Aladin n’a pas d’autre choix que de s’enfuir du Palais.

1364770.jpg-r_1280_720-f_jpg-q_x-xxyxx[1]

Bande Annonce

Mon Avis

Sortie il y a déjà trois ans, « Les nouvelles aventures d’Aladin » fort de plus de quatre millions d’entrées difficiles voire même impossibles de passer à côté de l’idée de génie d’en faire une suite. La voilà, pour la suite à la réalisation, on retrouve Lionel Stekete à qui l’on doit entre autres « Case Départ » et « Le Crocodile du Botswanga » comédie réussie. Alad’2 est ce qu’on appelle un accident industriel, le premier du nom était déjà affreusement mauvais et ce, à tous les niveaux. Ici, on atteint un tel niveau de médiocrité que cela paraît totalement sidérant qu’on laisse un film de 19 millions d’euros proposer un spectacle pareil, les mots manquent parfois de génies pour pouvoir d’écrire un pareil effarement. Jamel Debbouze en totale roue libre, enchaîne les phrases à chanson en guise d’humour (Céline Dion, Serge Lama, Corynne Charby) du genre, tu m’as compris de manière insistant. Tel ton oncle complètement ivre en soirée, poussant la caricature du méchant à des paroxysmes inégalables. Tout semble tellement fake dans l’humour, comme le comique de répétition sur la téléportation passant de « La reine des neiges » à « Voyage en terre inconnue » de Fréderic Lopez tout y passe et puis arrive Gérard Depardieu en Christophe Colomb. En même tant quand ta plus aucune idée et besoin de combler le vide abyssal de ton film, trois minutes ce n’est jamais de trop. Comme Depardieu, on se demande bien ce que l’on fait ici.

Aladin 2, est un kamoulox géant et surtout ultra gênant. Écrit par Daive Cohen à qui l’on doit déjà le premier et qui ici se surpasse, au lieu de faire une suite, il aurait été plus prudent de rebooter le cerveau du monsieur. Absolument, rien ne fonctionne en matière de comédie, tout tombent systématiquement à plat. Pour ce qui est de l’action, on est sûr de l’inaction totale et les effets spéciaux apparaissent tellement grotesque que cela en deviendrait presque le ressort comique réussie du film. Dix-neuf millions d’euros et si le plus beau rôle de Kev Adams n’était pas celui d’être braqueur à défaut d’être un jour un bon acteur. Avec Alad’2, la médiocrité a de nouveaux frappés. Le pire serait de penser qu’une pareille torture puisse marcher. Abasourdie devant assurément le pire film de l’année, l’idée de génie serait peut-être de faire le vœu que cela ne soit jamais arrivé jusqu’à une salle de ciné.

Ma Note

0 / 5 0541327.jpg-r_1280_720-f_jpg-q_x-xxyxx[1]

Publicités

2 commentaires

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s