Retour sur Juillet 2018, au cinéma

 

 

Retour sur Juillet 2018 au cinéma 

 

 

Les Indestructibles 2

De Brad BirdRGB

Visuellement remarquable et d’un humour invincible. Il paraît indiscutable que Brad Bird dispose lui aussi de super pouvoir celui d’hypnotiser toute enfant ou parent et ainsi transmettre un sentiment de bonheur.

3,5 / 5

 

The Guilty

De Gustav Möller0261009.jpg-r_1920_1080-f_jpg-q_x-xxyxx[1]

Le bruit et une voix se dégage, manque la vision pour éviter le stress. Raccrocher, jamais aux hors-champ d’un thriller fascinant.

3,5 / 5

 

Au poste

De Quentin Dupieux4943716.jpg-r_1280_720-f_jpg-q_x-xxyxx[1]

L’humour va et vient, trouve le bon angle. La représentation d’être au poste à quoi acclamer la curiosité des morts explosés.

3,5 / 5

 

Skyscraper

De Rawson Marshall Thurber3011681.jpg-r_1280_720-f_jpg-q_x-xxyxx[1]

Dans les brasiers du ridicule, Dwyane Johnson semble ininflammable. Sommet de bêtises vertigineux, la tour du lol reste debout.

0,5 / 5

 

Dogman

De Matteo Garrone3630636.jpg-r_1280_720-f_jpg-q_x-xxyxx[1]

Aboiements des valeurs dans une Italie plongée dans la pauvreté. L’amour se cache sous l’eau. Marcello Fonte est grandiose.

4 / 5

Paranoïa

De Steven Soderbergh4200955.jpg-r_1920_1080-f_jpg-q_x-xxyxx[1]

 Dans les couloirs, la folie s’empare des mouvements. Au plus près du réel, la mise en scène cherche à se faire la belle.
Claire Foy et Juno Temple sont à tout point épatantes.
Ce que Soderbergh nous propose en matière de mise en scène est plus que remarquable. Beaucoup de virtuosité dans la mise en scène en particulier quand il s’agit de filmer les couloirs de l’institution psychiatrique. La musique de Thomas Newman est formidable, tout comme le travail sur le son.
Moins convaincu par sa fin, un peu trop prévisible et encore que…

3,5 / 5

 

Fleuve Noir

De Erick Zonca2483549.jpg-r_1920_1080-f_jpg-q_x-xxyxx[1]

Bois tourmenté, où tout le monde semble tournoyer dans le fond d’une bouteille de whisky. Polar passionnant, déshydraté de toute humanité.

3,5 / 5

 

Roulez Jeunesse

De Julien Guetta3360042.jpg-r_1280_720-f_jpg-q_x-xxyxx[1]

Sur la bande d’arrêt d’urgence, la jeunesse vacille. Judor, dépanne comme il faut un scénario manquant d’essence.

2,5 / 5

Publicités

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s