Critique Hostiles de Scott Cooper

Réalisateur 

Scott Cooper

Avec 

Christian Bale, Rosamund Pike, Wes Studi, Adam Beach, Ben Foster, Jonathan Majors, Rory Cochrane, Jesse Plemons, Thimothée Chalamet, Peter Mullan….

Durée 

2H13

Sortie 

14 Mars 2017

Le Pitch 

En 1892, le capitaine de cavalerie Joseph Blocker, ancien héros de guerre devenu gardien de prison, est contraint d’escorter Yellow Hawk, chef de guerre Cheyenne mourant, sur ses anciennes terres tribales. Peu après avoir pris la route, ils rencontrent Rosalee Quaid. Seule rescapée du massacre de sa famille par les Comanches, la jeune femme traumatisée se joint à eux dans leur périple.
Façonnés par la souffrance, la violence et la mort, ils ont en eux d’infinies réserves de colère et de méfiance envers autrui. Sur le périlleux chemin qui va les conduire du Nouveau-Mexique jusqu’au Montana, les anciens ennemis vont devoir faire preuve de solidarité pour survivre à l’environnement et aux tribus comanches qu’ils rencontrent.0168069.jpg-r_1280_720-f_jpg-q_x-xxyxx

Bande Annonce 

Mon Avis 

 Bouleversant de beauté et de cruauté. Une splendeur terriblement actuel. Scott Cooper, mais en scène la souffrance du passé et du présent avec une telle virtuosité que cela semble imparable de rester à quai. Voilà un western qui résonne fort sur les États-Unis d’aujourd’hui. La violence ne date pas d’aujourd’hui loin de là. Mais cette violence n’a pas forcément changé, malgré le temps qui passe. Rares sont les chemins, où la vie et la mort se partagent ainsi. Hostiles est à ce jour surement l’un des plus grands rôles de Christian Bale, lui qui possède déjà une filmographie incroyable débutant chez Steven Spielberg, puis Jane Campion, Todd Haynes, Christopher Nolan, Terrence Malick, Werner Herzog, Michael Mann, Zhang Yimou, Ridley Scott, on le retrouvera dans le prochain film d’Adam McKay grimer en Dick Cheney. Car à travers tous ces rôles Bale a cette capacité comme Matthew McConaughey, celui de pouvoir en fonction du rôle changer d’apparences et disparaître derrière le personnage. Scott Cooper le sublime dans ce western mélancolique il semble à tout point imparable de ne pas tomber fou amoureux de ce capitaine en fin de carrière. Un bout d’humanité accompagne cette dernière escapade vers les territoires sacrés des classiques instantanées.

Ma Note 

5 / 5 4814808.jpg-r_1280_720-f_jpg-q_x-xxyxx

Publicités

Un commentaire

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s