Retour sur Janvier 2018 au cinéma

Janvier 2018, au cinéma 

 

Le Grand Jeu 

De Aaron Sorkin critique-le-grand-jeu-grandeur-décadence-4

La plus belle main est cette distribution d’as formidable. Le seul regret est que Sorkin n’a rien d’une grande circé à la mise en scène. 

4 / 5 

 

 

Les Heures sombres 

De Joe Wright9218258

Sombres sont les heures face à la tyrannie. Grandiose est le spectacle proposé par un homme en état de grâce, monsieur Gary Oldman.

4 / 5 

 

 

Normandie Nue 

De Philippe Le Guay NI_989897_1494774198_1494774210_550

Le temps qui passe, comme kodak la disparition de l’agriculture semble proche. Sourire, forcer la fin du monde se lève à l’ouest.

2,5 / 5 

 

 

Vers la lumière 

De Naomi Kawase211149

Profond ennuie devant le Kawase. Le temps de fermer les yeux pour l’oublier. 

2 / 5 

 

 

3 Billboards, les panneaux de la vengeance

De Martin McDonagh 229995.jpg-r_640_360-f_jpg-q_x-xxyxx

La fureur de vivre pour ne pas se laisser totalement mourir. Celle aussi d’une région qui emprunte finalement la route de la cohésion. 

5 / 5 

 

 

In the fade 

De Fatih Akin merlin_131495561_e05769ff-ab75-4690-b858-1f559d4cbe3d-master768

Avec In the Fade, Diane Kruger décroche ici son plus grand rôle et mérite amplement le prix d’interprétation féminine.

2,5 / 5 

 

 

 

Gaspard va au mariage 

De Antony Cordier 1-gaspard-1jeannick-gravelines

J’ai rarement connu un zoo avec comme animal, l’être humain enfermé. Dans un semblant de chaos, les délivrer pour célébrer la peau morte consumée. Je renifle pourtant de tout cela une agréable odeur saveur cinglée. La peau morte se détache petit à petit. Elle se détache d’un être d’un endroit d’une famille. Pour célébrer la plus belle union qui soit.

3,5 / 5 

 

 

 

Wonder Whel 

De Woody Allen 0271097.jpg-r_1920_1080-f_jpg-q_x-xxyxx

Les manèges des vies changent en fonction que la lumière scintille. Mieux vaut maîtrisées son rôle avant de disparaître, car même un sauveteur en herbe peut vous voir. S’éclipser quand la lumière devient terne.

4 / 5 

 

 

 

La Douleur 

De Emmanuel Finkiel 0113346.jpg-r_1920_1080-f_jpg-q_x-xxyxx

Le voile de cette douleur est ineffaçable. Le délai reste encré et vivace marquant une nation, même après la fin du calvaire. Il faudrait être fou ou dans le flou pour ne pas admettre que Mélanie Thierry, tiens ici sont plus grands rôles.

4 / 5 

Publicités

Un commentaire

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s