Critique La surface de réparation de Christophe Regin

Réalisateur

Christophe Regin

Avec

Franck Gastambide, Alice Isaaz, Hippolyte Girardot, Moussa Mansaly, Julia Levy-Boeken, Mourad Frarema….

Durée

1H34

Sortie

17 Janvier 2018

Le Pitch

Franck vit depuis 10 ans en marge d’un club de foot de province. Sans statut ni salaire, il connait bien les joueurs et les couve autant qu’il les surveille. Un soir il rencontre Salomé, l’ex-maîtresse d’un joueur, qui a jeté son dévolu sur Djibril, une vieille gloire du foot venue finir sa carrière au club.

1085443.jpg-r_1280_720-f_jpg-q_x-xxyxx

Bande Annonce

Mon Avis

Encore le premier film d’un réalisateur français, on ne va pas se plaindre, qui plus est tout comme « Ami-Ami » le film est une réussite. A la tête de cette équipe Christophe Regin, réalisateur et scénariste de son premier film, le film à tout pour plaire soyons francs. Le fait déjà de tourner, dans ma région, gagne déjà beaucoup de crédit à mes yeux encore plus quand l’on parle de mon club de cœur le FC Nantes. A côté de tout cela, le scénario est soigné une vraie authenticité se démarque dans le récit. Le film se relève bien plus profond, qu’il ne pourrait vouloir transmettre à première vue. Bien aidé par la formidable interprétation de Franck Gastambide, qui trouve ici son plus beau rôle au cinéma. Sans oublier, la ravissante Alice Isaaz qui depuis « Espèces Menacées » de Gilles Bourdos ne fait que confirmer son immense talent.

Le choix d’une vie celle de s’accrocher à son rêve. Le seul domicile de Franck étant la maison jaune sans artifices et dans l’ombre il prospère et tente d’être un guide et de transmettre. Un film sur la transmission et la réparation d’un homme, au fond brisé qui n’a toujours pas trouvé la réparation nécessaire pour réparer son cœur blessé. Sur le banc de touche, le pitbull ronge son frein. Quand il est l’heure de rentrer en scène, la tentatrice perdue recherchant vaguement l’amour. Le fait de nouveau courir et lui aperçoit en elle une nouvelle idylle, impossible de ne pas le remarquer, sauf que la fin du match vient le lui rappeler. Redoutable attaquant du nom de Franck. Quand une vie stagne vers le rond central. L’heure du choix approche, un tir du droit, plein cadre qui jaillit avec maîtrise et grand talent.

Ma Note

3,5 / 5

1113568.jpg-r_1280_720-f_jpg-q_x-xxyxx

Publicités

Un commentaire

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s