Critique La Promesse de L’aube de Eric Barbier

Réalisateur 

Eric Barbier

Avec

Pierre Miney, Charlotte Gainsbourg, Didier Bourdon, Jean-Pierre Darroussin, Finnegan Oldfield, Catherine McCormack, Pawel Puchalski, Nemo Schiffman, Lou Chauvain.

Durée 

2H10

Sortie 

20 Décembre 2017

Le Pitch 

De son enfance difficile en Pologne en passant par son adolescence sous le soleil de Nice, jusqu’à ses exploits d’aviateur en Afrique pendant la Seconde Guerre mondiale… Romain Gary a vécu une vie extraordinaire. Mais cet acharnement à vivre mille vies, à devenir un grand homme et un écrivain célèbre, c’est à Nina, sa mère, qu’il le doit. C’est l’amour fou de cette mère attachante et excentrique qui fera de lui un des romanciers majeurs du XXème siècle, à la vie pleine de rebondissements, de passions et de mystères. Mais cet amour maternel sans bornes sera aussi son fardeau pour la vie…

3707060.jpg-r_1280_720-f_jpg-q_x-xxyxx

Bande Annonce 

 

MON AVIS

Que de promesse à travers cette bande-annonce, me diriez-vous. Et vous n’avez pas tort, il y a du rythme et cela pouvait laisser présager à une aventure humaine d’un homme aux mille vies en une seule existence. Sauf que l’aube ne sait jamais lever sur le nouveau film d’Eric Barbier, réalisateur du très mauvais « Le Serpent », en 2007 et du très moyen « Le dernier diamant ». Ce film aurait pu être sauvé par sa distribution, et bien non tout le contraire, Charlotte Gainsbourg en mère hystérique, est presque insoutenable à chaque passage à l’écran. Seul répit durant le film, la présence de Pierre Niney quand il ne surjoue pas à son tour. Rien ou presque pour calmer un récit où la boîte de doliprane n’est jamais bien loin. Ni même la reconstitution bien horrible par moments. En témoigne, la scène aérienne durant l’avant-première Eric Barbier était assez fière de cette scène à bord d’avion de guerre. Nous racontant que c’était le moment le plus dur à tourner du film, mais aussi celui qu’il a le moins aimé réaliser. Eh bien, cela se voit sans problème, temps les effets spéciaux et la direction de cette séquence est tout bonnement grotesque. L’épique, le romanesque, la mise en scène ne font guère partie d’une aventure rester à contempler la mer méditerranée.

 

 MA NOTE 

1,5 / 5 3789873.jpg-r_1280_720-f_jpg-q_x-xxyxx

 

Publicités

Un commentaire

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s