Réalisateur 

AndreZvyagintsevy

Avec 

Djan Badmaev, Alexey Rozin

Durée 

2H07

Sortie 

20 Septembre 2017

Le Pitch 

Boris et Genia sont en train de divorcer. Ils se disputent sans cesse et enchaînent les visites de leur appartement en vue de le vendre. Ils préparent déjà leur avenir respectif : Boris est en couple avec une jeune femme enceinte et Genia fréquente un homme aisé qui semble prêt à l’épouser… Aucun des deux ne semble avoir d’intérêt pour Aliocha, leur fils de 12 ans. Jusqu’à ce qu’il disparaisse.

135693.jpg-r_1920_1080-f_jpg-q_x-xxyxx

Bande Annonce

MON AVIS 

Retour en compétition, pour Andrey Zvyagintsev accompagné de Oleg Negin pour son nouveau film. Trois ans après « Leviatan » qui avait obtenu un prix à Cannes pour son scénario. 

Alors oui, avec Zviaguintsev on est tout de suite conquis par sa mise en scène, avec de très très long plans séquences. Mais beaucoup trop étirés par moment, faisant perdre du coup petit a petit du souffle à son nouveau film.

Le soucis majeur, reste cette austérité glaciale dans ce couple antipathique, qui ne procure à aucun moment de la compassion envers cette famille qui a appuyé depuis déjà bien longtemps sur le bouton autodestruction. Entre une mère égocentrique, tournée vers son propre bonheur personnel,  ayant comme amant un homme et son téléphone portable.  Et un père, qui flippe quand à lui de perdre son poste, car dans cette société, le divorce et très mal vue et engendrera inévitablement des problèmes dans son travail. « Loveless », qui en français s’appelle « Faute d’amour » , décrit parfaitement ce que le film est. Il n’y a aucune place pour le malheureux Aliocha âge de 12 ans.

Même si tout cela est prévisible, le film revient aussi sur le début du conflit entre la Russie et L’Ukraine et les dommages causés sur la population, que cela soit via les informations à la radio ou devant la télévision.

L’année dernière la quinzaine des réalisateurs, nous proposait une situation de couple tout aussi compliqué avec « L’économie du couple » de Joaquim Lafosse. Avec « Loveless », Andrey Zvyagintsev nous propose le côté brut, austère et profondément horrible d’une famille plongée dans les larmes du sang.

MA NOTE 

3 / 5 141474.jpg-r_1920_1080-f_jpg-q_x-xxyxx

 

Publicités