Critique The Lost City of Z de James Gray

Réalisateur :  James Gray 

Avec : Charlie Hunnam, Robert Pattinson, Sienna Miller, Tom Holland, Edward Ashley, Angus Macfadyen, Ian McDiamid…

Durée : 2H20 

Sortie : 15 Mars 2017 

Le Pitch

L’histoire vraie de Percival Harrison Fawcett, un des plus grands explorateurs du XXe siècle.
428085

BANDE ANNONCE

MON AVIS

Il est de retour le cinéaste New-yorkais,  je parle bien sûr de l’excellent James Gray. Quand on pense en termes de réalisateur New-yorkais on peut légitiment penser à Woody Allen ou bien à Martin Scorsese habitué des lieux pour y avoir tourné bon nombre de films. On oublie trop souvent, le magnifique cinéma de Gray. Tout débute pour lui avec son film en 1995 avec Tim Roth, « Little Odessa ». Cinq ans plus tard il est de retour avec « The Yards » avec Mark Wahlberg et Joaquin Phoenix. Puis silence radio durant sept ans, il revient en 2007 avec le même duo d’acteurs avec « La nuit nous appartient ». James Gray, ne s’arrête pas là, bien au contraire en 2008 il propose « Two Lovers » avec cette fois si aucune question sur la mafia, un thème qu’il avait déjà bien exploité dans ses précédents films, non rien de tout cela. Toujours à New York, l’histoire nous raconte le difficile choix de Leonard qui hésite entre épouser Sandra, la femme que ses parents lui ont choisi ou alors écouter et suivre les sentiments très fort qu’il éprouvent pour sa nouvelle voisine. En 2013, début du changement dans le cinéma de James Gray, alors que depuis le début de sa carrière, son cinéma est situé dans le présent, là direction 1921, où il retrouve pour la 4ème fois Joaquin Phoenix, véritable double de Gray. Avec « The Immigrant » il revient sur l’immigration à New-York et s’attarde pour la première fois à l’histoire. Une façon pour lui de conclure son périple New-yorkais et quoi de mieux que de retourner jusqu’au racine de sa ville.

299494-jpg-r_640_360-f_jpg-q_x-xxyxx

Adieu New-York, avec « The Lost City of Z », James Gray adapte pour la première fois un roman à l’écran. Celui de David Grann, qui, coïncidence ou pas est New-yorkais. Le livre s’appelle « La cité perdue de Z ». Il revient sur Percy Fawcett né en Angleterre plus précisément à Torquay en 1867. Dans le film, il est joué par Charlie Hunnam que l’on n’a pu découvrir ces derniers temps dans « Crimson Peak » et « Pacific Rim » de Guillermo del Toro. Percy, court après la reconnaissance, en 1906, la société de géographique de Londres l’approche, afin d’établir une cartographie des frontières entre le Brésil et la Bolivie. Les deux pays se disputent les cultures du caoutchouc dans la région, car à l’époque les limites territoriales n’y ont pas encore été établies avec certitude.

L’Aventure, c’est l’Aventure… 

Quand Col. Percival Fawcett, part en mission, il ne part pas 1 mois ou deux. Non cela se compte en années. Laissant son épouse Nina Fawcett jouée par la délicieuse et incroyable Sienna Miller, qui je dois dire m’impressionne de film en film, son talent ne cesse de grandir et de me convaincre. Elle tient ici pour l’instant le plus beau rôle de sa carrière.

« The Lost City Of Z », est bien un film de James Gray à bien des égards, certes on est bien loin de New York. Mais son cinéma et encré dans un cinéma dit de la famille. Il continue son voyage et donc à explorer son thème de prédilection, le genre humain. Fawcett est un homme tiraillé, par une soif incontrôlable qui le poursuit depuis toujours, celle de l’exploration bien entendu et aussi celle de redonner un peu de dignité à sa famille et de réhabiliter le nom de son père. Complexe de trouver le juste équilibre, entre son amour pour sa famille et l’obsession de trouver un jour La cité perdue. Dans son périple il est aidé par le talentueux et magnifiquement discret Robert Pattinson qui joue Henry Costin, un véritable frère  d’aventure, complètement méconnaissable.

lost-city-of-z-image

Le travaille du grand Darius Khondji, directeur de la photographie est tout simplement incroyable. Sans parler bien sûr de la mise en scène de James Gray qui est époustouflante. Le périple est grandiose et terriblement émouvant, pourtant il m’a fallu du temps pour rentrer dans cette incroyable expédition. Plus le film avance, plus les secondes semblent passer bien trop vite dans cette Amazonie. Et cela est le véritable et seul regret d’un tel chef-d’oeuvre, j’aurai aimé me perdre bien d’avantage dans cette jungle, que le périple se poursuit encore et encore.

MA NOTE

5 / 5

static-srcdn_-comslirw680-h342-q90-c680342wp-contentuploadslost-city-of-z-robert-pattinson-9a94dc172790fac4dcc21af48b7c82efd93a0970

Publicités

Un commentaire

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s