Réalisateur : Eric Lavaine 

Avec : Alexandra Lamy, Arnaud Ducret, Jamie Bamber, Anne Marivin, Sabrina Ouazami, Lionnel Astier, Jérome Commandeur, Arnaud Henriet… 

Durée : 1H37 

Sortie : 15 Mars 2017 

Le Pitch

Frites ou salade ? Amis ou amants ? Droite ou gauche ? La vie est jalonnée de petites et grandes décisions à prendre. Le problème de Juliette c’est qu’elle est totalement incapable de se décider sur quoi que ce soit. Alors, même à 40 ans, elle demande encore à son père et à ses deux meilleures amies de tout choisir pour elle. Lorsque sa vie amoureuse croise la route de Paul puis d’Etienne, aussi charmants et différents l’un que l’autre, forcément, le cœur de Juliette balance. Pour la première fois, personne ne pourra décider à sa place…

l-embarras-du-choix

BANDE ANNONCE

MON AVIS

« L’embarras du choix », nouveau film d’Eric Lavaine, après « Retour chez ma mère » sortie en 2016. Encore une comédie française avec laquelle j’ai de gros soucis. L’impression d’avoir assisté pendant environ 1h37, à un sous « Bridget Jones ». Comme toute comédie qui se respecte tous les ingrédients, sont ici proposés. Une femme jouée par Alexandra Lamy, qui n’arrive pas à faire des choix. Que cela soit en matière de nourriture, de coupe de cheveux et plus important encore, elle n’arrive pas à choisir qui sera l’élu de son cœur. Et de là, nous allons suivre son cheminement vers le bonheur. Chouette, non, car long très long est ce chemin, qui nous mène tout droit vers le sans intérêt.l-embarras-du-choix

Du déjà-vu en matière de comédie romantique et en plus de cela le film manque cruellement de rythme. Se voulant dans l’air du temps, je me dis pourquoi pas, mais avec un scénario aussi mal fagoté, cette comédie romantique et bien mal habillé. Peu aidée par sa paresse scénaristique, et sa bande originale estampillée tube de l’été chez les dépressifs anonymes. On pourrait déjà crier au secours, sauf que non, la mise en scène apporte son vrai coup de grâce, vive l’invention du drone. Une comédie sans aucun intérêt, si ce n’est pour les apparitions de Jérôme Commandeur assez drôle et une autre scène, lors d’un banquet Auvergnat et puis c’est tout. Il existe  le « Air guitar« , grâce à Eric Lavaine, j’ai découvert ici le « Air cinéma ».

MA NOTE

0,5 / 5

059858

Publicités