Critique de Rogue One : A Star Wars Story de Gareth Edwards

Réalisateur : Gareth Edwards

Avec : Felicity Jones, Diego Luna, Ben Mendelsohn, Mads Mikkelsen, Forest Whitaker, Donnie Yen,  Jiang Wen, Alan Tudyk…

Durée : 2H14

Sortie : 14 Décembre 2016

 Le Pitch

Situé entre les épisodes III  et IV de la saga Star Wars, le film nous entraîne aux côtés d’individus ordinaires qui, pour rester fidèles à leurs valeurs, vont tenter l’impossible au péril de leur vie. Ils n’avaient pas prévu de devenir des héros, mais dans une époque de plus en plus sombre, ils vont devoir dérober les plans de l’étole de la Mort, l’arme de destruction ultime de l’Empire.
14125714_626428564205203_1352952390864297863_o1

BANDE ANNONCE

MON AVIS

Il est déjà loin Le réveil de la Force magnifique nouvelle épisode de J.J. Abrams sortie en 2015, que débarque Rogue One de Gareth Edwards réalisateur de Godzilla.

Dans une galaxie très très lointaine …

Après des années de guerre, c’est une victoire écrasante de l’empire et oui qui l’aurait cru, le côté obscur de la force l’a emporté, après avoir tout fait pour évincer les jedis il en est de même pour le nouvel ennemi de l’empire, l’émotion.

Durant trente bonnes minutes on fait  la connaissance des protagonistes de la mission,  avec cette manière lassante sur la construction d’un récit déjà vu, pas déplaisant mais sans aucune originalité dans le traitement.

Ce qui me dérange grandement dans Rogue One, c’est avant tout le peu de travail sur les personnages, traités d’une manière disons le à la va vite, sans grande conviction. Et pourtant il y avait de quoi faire par exemple : Forest Whitaker qui incarne Saw Carrera, rebel trop extrémiste mais bon un rôle pas plus exploité que cela dans le récit et encore que dire des autres seconds rôles à l’épaisseur bien maigre malheureusement comme les rôles de Donnie Yen homme non voyant au courage  salvateur et Jiang Wen qui donne un peu de fraîcheur, mais qui souffre comme beaucoup d’un développement trop simpliste et cela vaut presque pour l’ensemble du casting. Felicity Jones est franchement fade et stoïque dans son jeu, assez robotique tout le long du film rien ne se dégage ni même une profonde empathie pour elle, ce qui est navrant pour un film où l’émotion et le risque prit durant cette mission aurait dû être plus profonde et contagieuse . Quand on voit le travail aussi simpliste fait sur le personnage de Galden Erso interprété par Mads Mikkelsen c’ est franchement navrant  de pas exploiter au maximum un personnage si intéressant.

Autre point désagréable la 3D est très moyenne,  sans profondeur, elle ne sert strictement à rien, à savoir que bon nombre de fois durant le film en version original les sous titres sont tout simplement illisibles se qui obligent à détourner le regard afin d’éviter de saigner des yeux.
4951011

Sinon les points positifs de Rogue One est le côté obscur de la force où Ben Mendelsohn est impeccable en directeur à l’ambition dévorante. Reste cette sensation désagréable que Garett Edwards qui par ailleurs est brillant au niveau de la  mise en scène soit passé complètement à côté de son sujet durant 1h45, pas déplaisant mais sous exploité pour un tel univers.

Les trente dernières minutes sont enfin d’un niveau satisfaisant, là où tout comme la force le plaisir revient et au finale je me dis tout cela pour en venir là, oui c’est beau et bien mise en scène mais…

J’aurais aimé plus de profondeur et ressentir un réel attachement envers un casting qui manque cruellement d’émotion.

MA NOTE

FILM : 2   / 5

MISE EN SCENE : 3  / 5

CASTING : 2  / 5

SCENARIO : 2  / 5

MUSIQUE  :3   / 5

TOTAL ROGUE ONE : A STAR WARS STORY

12  / 25

cast-rogue-one1
Star Wars: Rogue One L to R: Actors Riz Ahmed, Diego Luna, Felicity Jones, Jiang Wen and Donnie Yen Photo Credit: Jonathan Olley ©Lucasfilm 2016
Publicités

8 commentaires

  1. Je suis bien d’accord. Malgré toute ses bonnes intentions (celle de dévier Star Wars vers le film de guerre « sérieux » et actuel), Gareth Edwards ne semble pas avoir les épaules. La réalisation est certes correcte mais sans véritable élan (remember les plans séquences vertigineux d’Abrams dans « le réveil de la Force »), avec des personnages sans charisme ou trop artificiellement intégrés (les deux asiatiques) et des dialogues d’une fadeur désolante (rien à voir avec les touches d’humour jubilatoires du film d’Abrams). « Rogue One » restera pour moi une des étoiles les moins brillantes de la galaxie étoilée (en orbite autour de « l’attaque des clones »), mais soyons honnête, ça reste un spectacle digne de la saga.

    J'aime

  2. Merci pour cet article très bien écrit et structuré. Je n’ai pas encore vu le film mais cela ne saurait tarder. Votre site est interessant et plaisant. Merci aussi pour votre inscription sur mon site deshistoirespourvous.com. Audrey Degal.

    J'aime

  3. J’arrive un peu tardivement… Complètement d’accord avec toi, si ce n’est pour le problème des personnages. Etant donné que c’est un one-shot, les développer plus n’aurait mené à rien. On ne cherche pas d’empathie, ni à s’identifier aux personnages… Rogue One s’impose seulement comme un divertissement et rien d’autre, faute de scénario original.

    J'aime

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s