Critique Les Animaux Fantastiques de David Yates

Réalisateur : David Yates

Casting : Eddie Redmayne, Katherine Waterston, Dan Fogler, Alison Sudol, Colin Farrell, Ezra Miller, Samantha Morton, Jon Voight, Carmen Ejogo, Faith Wood-Blagrove….

Durée : 2H13

Sortie :  16 Novembre 2016

Le Pitch

New York, 1926, le monde des sorciers est en grand danger. Une force mystérieuse sème le chaos dans les rues de la ville : la communauté des sorciers risque désormais d’être à la merci des Fidèles de Salem, groupuscule fanatique des Non-Maj, déterminés à les anéantir.

Ignorant tout de ce conflit qui couve, Norbert Dragonneau débarque à New York au terme d’un périple à travers le monde : il a en sa possession une extraordinaire collection de créatures fantastiques, dissimulées dans les recoins magiques de sa valise en cuir.2048x1536-fit_eddie-redmayne-newt-scamander-animaux-fantastiques-spin-off-harry-potter

 

BANDE ANNONCE

MON AVIS

Le monde de la magie est de retour.

Après la fin des aventures du célèbre Harry Potter, J.K.Rowling revient avec une de ses nouvelle oeuvre Les Animaux Fantastiques. Pour cette saga elle devient scénariste. Elle est accompagnée par David Yates le réalisateur des quatre derniers Harry Potter

Harry Potter et l’Ordre du Phoenix

Harry Potter et le Prince de sang mêlé

Harry Potter et les reliques de la mort-partie 1

Harry Potter et les reliques de la mort -partie 2

C’est donc parti pour 2h13, une légère sensation de nostalgie m’envahit. J’ai découvert à l’âge de 14 ans sans grande conviction pensant à tort que c’était pour les enfants, l’univers de J.K. Rowling, un monde où la magie règne. Comme beaucoup j’ai été séduit et me voilà 15 ans après, heureux de découvrir le premier épisode de cette nouvelle saga.

harry-potter-a-l-ecole-des-sorciers-de-chris-columbus-3893674ikqsr1

Changement d’époque nous voilà en 1926 à New York àdieu Poudlard

Au temps le dire directement c’est le meilleur film de David Yates, sa mise en scène est à mon sens  la plus aboutie. Beaucoup de chouettes références se dégagent du film, la scène de la glace dans Central Park me rappelle la magnifique séquence de KING KONG de Peter Jackson .Ou encore celle de la boîte de Jazz au fort accent Lucas, qui m’a replongé dans une autre saga tout aussi célèbre STAR WARS

kingkong_centralparc1

Des effets spéciaux tout simplement monstrueux  grâce au travail du très talentueux Tim Burke qui connaît parfaitement l’univers de la magie, ayant participé à six Harry Potter.

Côté compositeur de musique ni plus ni moins que James Newton Howard l’un des plus grands compositeurs à qui l’on doit la saga  Hunger Games, The Dark knight, le chevalier Noir, Pretty Woman sans oublier qu’il a travaillé pas moins de sept fois avec M. Night Shyamalan réalisateur de Sixième Sens, Signes, Le Village où il a atteint pour moi le sommet de sa carrière, l’une de ses plus belle bande original était celle du film Incassable.

Le film ne laisse que très peu de temps de répit et pour cause nous partons à la découverte de ce nouveau monde avec envie où la magie est omniprésente à chaque plan.

La 3D est un bémol, elle manque cruellement de profondeur par moment. Cela rend la mise en scène assez disgracieuse qui éclipse le travail fait sur la lumière et les décors du film. On découvre son intérêt quand les animaux fantastiques s’approchent de l’écran la profondeur devient floue ce qui accapare notre regard.

Passons à  Dan Folger alias « Jacob Kowalski »  simple joufflu, qui a comme projet de monter sa pâtisserie et qui malheureusement va se retrouver au mauvais endroit au mauvais moment et qui deviendra alors spectateur de ce nouveau monde et créateur d’une certaine manière d’un comique de situation.

110116012_o1

On retrouve les mêmes thèmes propre à Rowling : le monde de l’enfance n’est pas en reste bien loin de là. Un temps où le mode d’éducation n’était assurément pas le même que celui des années Potter. Là ou la saga d’avant ne se permettait pas d’aller avec temps de noirceur. Je n’ai pas oublié la famille d’accueil d’Harry Potter loin de la mais il avait toujours cette petite pincée de comédie à chaque fois que Harry était chez les Dursley. Là on n’est dans un autre domaine de maltraitance, elle y est physique dans cet orphelinat aussi rugueux qu’un fameux libre de Charles Dickens. Ou l’on retrouve une marâtre prête à tout pour dénoncer tout acte de magie perpétuer à New York.

A noter que l’on retrouve l’excellent Ezra Miller découvert pour ma part dans l’excellent We Need talk About Kévin de Lynne Ramsay sortie en 2011 un acteur qui monte à Hollywood.

2435721

Un monde fantastique oui, au fort accent écolo en filigrane. Un Pokemon Go New-yorkais où le dresseur n’est autre que l’excellent Eddie Redmayne, je suis d’ailleurs plus que convaincue voir même subjugué par la maîtrise de ces mouvements et la façon qu’il a de  se servir de son corps jusqu’à sa tête penchant et cette timidité envers la gent féminine. On peut remarquer que l’âge, n’a pas d’emprise sur les rôles qui lui sont proposés et oui 34 ans déjà.

Je vais éviter dans dire davantage pour ne pas nuire à l’effet de surprise et laisser la magie vous envahir. Si le train vers Poudlard vous avait comblé, le long et formidable voyage vers New York va vous rendre impatient car l’aventure ne fait que commencer.

4836201

MA NOTE

FILM : 4 / 5

MISE EN SCENE : 3,5 / 5

CASTING : 4 / 5

SCENARIO : 4 / 5

MUSIQUE : 4 / 5

TOTAL LES ANIMAUX FANTASTIQUES

19,5 / 25

les-animaux-fantastiques1

Publicités

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s