Critique Loving de Jeff Nichols

Réalisation : Jeff Nichols

Avec : Joel Edgerton, Ruth Negga, Marton Csokas, Nick Kroll,  Jon Bass, Michael Shannon…

Durée : 2H03

Sortie : 15 Février 2017

Le Pitch

Midred et Richard Loving s’aiment et décident de se marier.
Rien de plus naturel. Sauf qu’il est blanc et qu’elle est typée dans l’Amérique ségrégationniste de 1958.
L’état de Virgine où les Loving s’installent, décident de les poursuivre en justice. Le couple est condamné à une peine de prison, avec suspension de la sentence à condition de quitter l’état.
Considérant qu’il s’agit d’une violation de leurs droits civiques, Richard et Mildred portent leur affaire devant les tribunaux. Ils iront jusqu’à la cour suprême, qui en 1967, casse la décision de la Virginie.
Désormais, l’affaire  » Loving V Virginia  » symbolise le droit de s’aimer pour tous, sans aucune distinction d’origine.img_20160516_190912

BANDE ANNONCE 

MON AVIS

Jeff Nichols a déjà réalisé en 2016 le magnifique Midnight Spécial, il arrive  à Cannes avec son cinquième film Loving.
On  y retrouve toutes ses obsessions, ses thématiques de prédilections, la famille qui se décline dans un premier temps soit par une maison ou un lieu de refuge ou de survie, que l’on peut retrouver dans Take Shelter, Mud et bien sûr son avant-dernier film. Le couple est évidemment l’une des bases de son cinéma, ainsi que le sentiment d’être toujours à la recherche d’un endroit paisible et sécurisant. Sans oublier le monde de l’enfance qui comme le couple fait partie du socle de son cinéma.

Rien de superflu ni de larmoyant dans Loving, en totale et parfaite adéquation avec sa mise en scène. Le film est tout en retenue et en extrême pudeur, ce qui en fait dégager une puissance magistrale. On dit que l’amour est plus fort que tout, mais l’attachement naturel à la Virginie des Loving l’est tout autant.

thumb_1587_film_film_big1

Ce n’est pas un film rempli de haine raciale, car cela est conté de maniére discrète, à travers des regards, une posture, ce qui donne encore plus de poids.Quand on pense aux thématiques de Nichols, il ne faut pas oublier la voiture, qui est comme la famille,  omniprésente dans son dernier film. C’est une source d’évasion dans Midnight Spécial et Loving. Il est beau, d’avoir une telle maîtrise dans sa mise en scène, et de découvrir un sujet tant oublié du côté français. Loin d’être pompeux, pourtant le sujet avait tout pour être casse-gueule, on évite cela avec une grande facilité.Que dire de l’interprétation sublime de Ruth Negga qui avec Joel Edgerton forme un couple de cinéma comme on n’en voit peut souvent,  je suis tombé en amour pour eux.

Ce film, à l’art d’avoir une certaine ressemblance avec les précédents, pourtant Jeff Nichols se réinvente sans cesse, devenant même source d’inspiration pour beaucoup dans le monde du cinéma.

La perfection a un nom de film Loving.

Construire une maison.

C’est construire un pays.

loving-2016-focus-films-600x3371

 MA NOTE

5 / 5

dsc02005
PHOTO DE MOI
Publicités

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s