Critique de L’ECONOMIE DU COUPLE de Joachim Lafosse

Après 15 ans de vie commune Marie et Boris se séparent. Arrive le moment de la séparation des biens, ne trouvant pas d’accord pour la maison familiale, ils se retrouvent à devoir cohabiter, les tensions sont à leur maximum.

Joachim Lafosse, nous sort un nouveau film moins de quatre mois après Les chevaliers blancs. Il nous décrit un contexte familiale fort et poignant. Se que j’ai trouvé magnifique, s’est la façon dont peut s’installer une animosité entre les deux personnages pour des choses aussi banales qu’une glace ou une paire de chaussure de foot. C’est comme si un jeu se mettait en place pour savoir qui aura le dernier mot, et c’est bien souvent Marie, laissant Boris dépourvu de toute autorité.

Le film est touchant par ses moments de vie filmés avec tendresse et sincérité. A noter que la prestation du casting est tout simplement formidable.
Mention spéciale tout de même à Cedric Kahn, qui joue ni plus ni moins son plus beau rôle.
On découvre ici, les premiers pas au cinéma des jumelles Jade et Margaux Sentjens. Lafosse nous confit ne presque pas avoir eu à les gérer grâce à l’aide d’un coach lors du tournage.

Le film se déroulant essentiellement dans un loft parisien, nous marque par cette alchimie qui se dégage entre les personnages. A tel point que pour la première fois j’ai apprécié du Maître Gims tellement l’osmose était parfaite.

 

LA NOTE

FILM : 4 / 5

MISE EN SCENE : 4 / 5

CASTING : 5 / 5

SCENARIO : 4 / 5

MUSIQUE : 3 / 5

TOTAL DE CRITIQUE DE L’ECONOMIE DU COUPLE

20 / 25

 

Publicités

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s